Un ancien élève lauréat du Grand Prix i-Lab 2018

Bravo à Alexandre Prévault (diplômé IFMA en 2010), récompensé pour son projet de tracteur électrique Alpo, créé avec son entreprise SABI AGRI, incubée au sein de l'incubateur d'entreprises innovantes Busi.

Modifié le 11 juil 2018
Concours I-Lab 2018 - Alexandre PREVAULT lauréat du Grand Prix

Alexandre Prévault, diplômé de l'IFMA en 2010, fait partie des 14 Grand Prix récompensés lors de la 20 édition du concours i-Lab, organisé par le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. Sa société SABI AGRI, incubée au sein de l'incubateur d'entreprises innovantes Busi, a conçu et développé le tracteur électrique ALPO qui permet de réaliser les mêmes opérations culturales qu’un tracteur thermique jusqu’à 70ch tout en apportant des performances agroécologiques : respect du sol, de l’homme et de son environnement. Le produit repose sur un concept novateur : l’architecture mécatronique est standard, alors que le châssis se décline en fonction du besoin de chaque client, ce qui rend ce tracteur adapté à un large marché tout en étant hautement industrialisable. Le tracteur électrique ALPO est destiné aux maraîchers, vignerons, céréaliers, éleveurs, arboriculteurs, pépiniéristes. Grâce à ses outils et son approche agronomique le tracteur ALPO est écologiquement et économiquement performant.

> En savoir plus sur SABI AGRI

A propos du concours i-Lab

i-Lab est né de la volonté du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation de renforcer le soutien à la création d’entreprises innovantes, de mieux accompagner le développement des start-up et d’encourager l’esprit d’entreprendre, en particulier auprès des chercheurs et des jeunes de l’enseignement supérieur. Initié en 1999 par le ministère en charge de la Recherche dans le cadre de la loi sur l’innovation et la recherche, le concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes a été reconduit chaque année, avec le double objectif de :

  • détecter et faire émerger des projets de création d’entreprises s’appuyant sur des technologies innovantes
  • favoriser le transfert des résultats de la recherche vers le monde socio-économique.

Depuis sa création, le concours remplit ses objectifs :

  • il a permis la création de 1914 entreprises, dont 70% sont toujours en activité et se développent; certaines sont devenues des références dans leur domaine d’activité.
  • plus de 50% de ces entreprises sont issues de la recherche publique, avec une nette progression ces dernières années. Entre 2000 et 2006, seulement 40% des entreprises provenaient de la recherche publique.